Qu'est ce qu'un radio-traceur

C’est soit un isotope radioactif seul, soit l’association d’une molécule et d’un isotope radioactif. Dans ce cas, on dit que la molécule est marquée par l’isotope radioactif.

Un isotope radioactif est un atome dont le noyau, instable, émet un rayonnement. Il peut s’agir :

- d’un rayonnement alpha constitué de deux protons et deux neutrons.

- d’un rayonnement béta constitué d’un électron négatif (béta -) ou d’un électron positif (béta+, positon).

- d’un rayonnement gamma constitué d’un photon de haute énergie.

 

Un isotope radioactif est également caractérisé par sa période radioactive qui est le temps au bout duquel son activité a diminué de moitié. L’unité d’activité est le Becquerel (1 Bq = 1 désintégration par seconde). L’ancienne unité est le Curie (1 Curie = 3,7 1010 désintégrations par seconde). Il existe des isotopes radioactifs naturels mais les isotopes radioactifs utilisés en Médecine Nucléaire sont artificiels. Ils sont produits soit à l’aide de réacteurs nucléaires (c’est le cas du Technétium 99m, isotope le plus utilisé en Médecine Nucléaire), soit à l’aide de cyclotrons (c’est le cas de l’Iode 123, utilisé pour les scintigraphies thyroïdiennes).

Les rayonnements alpha et béta sont arrêtés très facilement par la matière (par quelques centimètres d’air ou quelques millimètres d’eau) et ne pourront donc pas être utilisés pour réaliser des images scintigraphiques. Ils pourront par contre être utilisés en radiothérapie métabolique. Au contraire, les rayonnements gamma, qui peuvent traverser la matière et qui « ressortent » facilement de l’organisme, pourront être détectés pour effectuer des scintigraphies.

Les rayonnements gamma sont toutefois partiellement absorbés par la matière, selon une loi exponentielle caractérisée par un paramètre numérique, la couche de demi-atténuation (CDA) qui est la distance nécessaire pour diminuer de moitié le nombre initial de photons.