A quoi sert le traitement des images

Une image scintigraphique est en fait une carte de la distribution d’un traceur radioactif dans l’organisme. Chaque point de la carte est un appelé un pixel ; il contient une valeur numérique égale au nombre de photons (nombre de coups) détectés. De nombreux paramètres quantitatifs peuvent être calculés à partir des valeurs des pixels ; c’est la quantification. Par exemple on peut calculer le taux de fixation d’un traceur rénal en calculant le nombre de coups contenus dans les reins. Un programme permet alors de dessiner une région d’intérêt (Region Of Interest : ROI) pour délimiter les pixels appartenant aux reins.

On peut enregistrer des scintigraphies statiques (une seule image acquise comme avec un appareil photographique) ou dynamiques (une série d’images acquises comme avec une caméra vidéo). Les enregistrements dynamiques permettent d’obtenir des courbes fonctionnelles et d’en extraire des paramètres quantitatifs temporels comme par exemple le temps de vidange gastrique.

On peut enregistrer une scintigraphie planaire : l’image obtenue ne permet alors pas de distinguer les différents plans situés devant le détecteur (comme pour un cliché radiologique thoracique simple). On peut également enregistrer une tomo-scintigraphie : un logiciel permet alors de reconstruire l’image selon différents plans de coupe (comme pour une tomodensitométrie ou un examen par IRM).